Voler

Nadia Galant

Voler

De L' ULM au Vol Libre et vice et Versa

Voler et Voler mais Voler
La première signification du mot voler qui vient en tête de tout individu est de s'approprier quelque chose qui ne nous appartient pas.
Donc s'approprier quelque chose indûment.
Si on extrapole ce mot voler dans le ciel, c'est s'approprier provisoirement un espace qui ne nous appartient pas. Oui cet espace tellement convoité depuis la nuit des temps.
Tel un oiseau ou le papillon, atteindre des hauteurs librement se mouvoir dans l'espace, voilà ce que signifie le terme voler à mes yeux.
Ce sentir libre comme l'air dans lequel on navigue au gré du vent, comme le cerf volant danse au bruit du vent.
La liberté, un mot que tout le monde utilise sans en connaître vraiment le sens.
La liberté c'est être délivré d'une servitude, d'une peine, d'une obligation... comme le dit notre code tout homme est libre sauf restriction.
La restriction c'est ce mode de vie, les obligations, les contrats, les mandats,... mais la véritable liberté et le choix de voler c'est une obsession.
Obsession, un mot qui signifie tellement de choses.
Pour ma part, je suis obsédée et même posséder par cette obsession.
L'obsession, la pensée qui s'impose en mot et dont je ne peux me débarrasser, c'est mon idée fixe, voire même ma destinée.
Je respire, je pense, je me hisse au coeur de cet océan qui est la cime parfaite de mon aboutissement. J'ai commencé à me sentir libre en volant sur un pendulaire (ULM) chariot suspendu à une voile delta qui possède un moteur. La liberté m'envahi, m'envoûte d'avantage et je découvre qu'elle vole sans moteur au plané à sa finesse... je cherche et découvre le parapente.
On ne parle plus d'aile delta dans ce cas mais bien d'une voile souple telle la souplesse des ailes du papillon qui pend le large, son envole, qui me possède et me permet enfin d'aboutir à ma liberté.
Je me hâte de jongler avec les vacances et un stage d'initiation à ce mode de vole dont je ne connais rien.
C'est à lors que grâce à la nouvelle technologie je trouve l'école « Haut les Mains » à Barrême petit village au coeur des Alpes de Haute Province, qui possède un peu moins de 500 habitants et c'est là que je fais la connaissance du monde du Parapente.
Une discipline de vol qui n'est guerre facile, qui demande beaucoup de rigueur, de concentration, de travail mais qui est au combien magique.
Magique de part les décors que l'on découvre, mais également par ce monde qui est fait de simplicité, de générosité, et surtout d'authenticité... l'abandon de la ville pour la véritable vie en l'espace d'une semaine.
Mes yeux s'écarquillent tel un enfant lors de sa première vision... je sais que j'ai enfin trouvé ma liberté et l'acharnement, l'obstination de voler me hante d'avantage.
C'est par cette école de parapente Haut les Mains que j'effectue mes premiers battements d'ailes si on veut rester dans un comparatif mais c'est là que je découvre réellement la sérénité tant rechercher, la béatitude désirée et ressentir enfin cette liberté.
Le corps professoral qui entoure chaque nouvel adepte est juste à la hauteur du Condor au coeur des montagnes majestueuses que l'on découvre à proximité de ce village de Barrême.
L'école, les cours, la mise en situation, un peu d'étude et puis le premier grand Vol enfin la liberté, enfin ressentir la solennité de notre planète.
Cette première semaine se termine sans bobo mais remplie de souvenirs que je ne peux cesser de me passer et repasser, tel un film que l'on regarde sans cesse.
J'ai besoin d'approfondir, d'aller voir plus loin et surtout plus haut, voir cet espace que l'on ne peut voler qu'un cours instant.
Je reprends donc un stage mais plus long, de manière à évoluer et à muer comme la chenille au papillon, je veux devenir mienne et c'est là que enfin je comprends avec beaucoup d'appréhension de stress mais aussi avec une joie immense que je ne peux décrire avec les totalité des mots que comprend notre vocabulaire, il n'y a pas de mot assez majestueux que pour expliquer cet excitation

qui m'envahit d'avantage joue après jour, heure après heure, seconde après seconde, je veux juste voler et être libre.
Un peu de vocabulaire, un peu de terminologie, beaucoup de stress et de détermination telle est mon obsession secrète mais maintenant je peux dire ce que signifie le mot voler.

Je m'approprie un espace aérien à l'insu de son propriétaire mais non de manière permanente mais bien que éphémère. Le ciel est mien et je suis sienne par intermédiaire mais mon coeur et mon esprit lui appartient de manière permanent.
C'est là que l'on comprend réellement le mot Voler.

Chers amis, chères amies, à très bien tôt au coeur de se tourbillon de sentiments dans un espace à apprivoiser et à rendre.
Amitié Aérienne.
Nadia