Développement du vol libre au Maroc

Qualifiation bi-place parapente

Première qualification fédérale marocaine de parapente

Première Qbi parapente

La fédération marocaine de parapente et des moniteurs de parapente français organisent la première qualification bi-place de parapente.

Pourquoi avoir organisé une qualification bi- place au Maroc ?

« Avant tout bien sûr pour former des pilotes parapente à l'activité biplace ! » Déclare Bruno couteaux.  « Certains, très bon pilotes pratiquant déjà le biplace, voire en Pro, sont venus pour « régulariser » enfin leur situation.?Cette première Qbi a été proposée par la FRMALS (LA FEDERATION ROYALE MAROCAINE DE L AVIATION LEGERE ET SPORTIVE) à l'initiative d'Anouar Omari Akbar et suite au vieux souhait de nombreux pilotes et responsables Marocains d'arriver à une qualification Marocaine. La FRMALS est délégataire par la Jeunesse et Sport pour l'organisation du Vol Libre au Maroc. Quelques pilotes étaient déjà qualifiés FFVL ou FELA, qualifications étrangères. Il était nécessaire et urgent de mettre enfin en place cette première étape vers des qualifications fédérales, voire à l'avenir professionnelle, afin entre-autre d'accéder à des assurances en responsabilité civile et assurances individuelles, proposées uniquement jusque-là, encore une fois, que par des organismes étrangers et donc soumis à leurs qualifications. ?J'ai le privilège de voler au Maroc depuis 1995, d'être en bonne relation avec la plus part des pratiquants de ce pays, d'avoir un bon recul sur notre activité à travers le monde étant pilote depuis 1989 et Pro depuis 1997, très investi au sein de la FFVL et SNMVL. L'encadrement de ce genre de formation fait partie de mon travail depuis longtemps aussi. »

Quel est le projet de développement du parapente au Maroc ?

« On aimerais mettre en place des brevets et des qualifications allants jusqu' au monitorat parapente pour le développement de l activités sur le territoire, et choisir les pilotes qui pourront participer a des manifestations internationales. » (Anouar)

« Il faut que soit mis en place rapidement pour permettre au Marocains de pratiquer et d'exercer légalement. Ceci aussi afin d'accéder à des assurances. Les gestionnaires de sites aussi attendent encore cohérence et soutien des autorités Nationales compétentes ».  (Bruno)

Où en est l'existence de la fédération marocaine de vol libre ? Comment se positionne t-elle vis à vis de ses licenciés et de ses relations internes avec le ministère des sports ?

« La FRMALS englobe plusieurs disciplines : le parapente, delta, parachutisme, planeurs, aviation légère et para moteur.

Aujourd'hui elle fait partie des 10 meilleures fédérations marocaines sous l'égide du ministère des sports. » (Anouar)

« Petit à petit le Vol Libre devient « crédible » au sein de la FRMALS qui est délégataire JS. ?Se mettent aussi en place pour les licenciés des formations et qualifs suscitées. » (Bruno)

Comment s'est passée la qualification bi-place auprès des pilotes marocains ?

Selon d'Anouar Les pilotes marocains ont beaucoup apprécié le regard bien veillant de la FRMALS pour le développement du parapente et le suivie de ses licenciés ; « ils étaient enchanté et veulent tous continuer leurs formations au plus loin possible. »

Bruno nous répondra seulement « Trrrrrooooooooop bien !!! » (Vraiment peut de mots mais qui veulent vraiment tout dire !)

Quel a était le taux de réussite ?

Sur 17 pilotes, 12 ont eu leurs qualifications biplaces et 5 sont entré en statut « élève biplaceur » pour la formation continue. Bruno nous répondra encore brièvement : « Exceptionnel ! » (Quand on voit les résultats dont nous a fait part Anouar ci-dessus, on comprend de suite un tel enthousiasme !)

Combien de pilotes bi-placeurs vont exercer le métier ?

Nos deux formateurs nous déclarent que 12 pilotes vont exercer ce métier et qu'il y en aura d autre d ici la fin de l année 2017. « C'est un moyen merveilleux de gagner sa vie et nourrir sa famille tout en vivant sa passion ! »

Quand réorganiserez-vous une nouvelle qualification bi-place ?

« Chaque moniteur Français de passage ou résident est en mesure de former de bons biplaceurs, ceci dit la QualifBi Marocaine ne peut être attribuée que par la FRMALS, donc ça dépendra de leur calendrier et des moyens donnés et votés par son bureau. Certainement dès le début de l'année des formations seront misent en place et les examens au fur et à mesure de l'avancement des pilotes »  (Bruno)

Concernant le site d'Aguergour et ses interdictions temporaires, où en êtes vous sur la réouverture du site ?

« D'apres un dernier document apparu le mois de mai 2016 de la DGAC. Le site d'aguergour et permis de vole , mais necessite comme touts les autres sites , une autorisation de vol delivré par la DGAC. » (Anouar) « Mais le Maroc restera le Maroc, imprévisible et surprenant ! » Nous répondra Bruno.

 

ANOUAR OMARI

Président de la comission vol libre marocaine Président de la comission vol libre marocaine à la fédération royale de l'aviation légère et sportive

Bruno Couteaux

Moniteur-Formateur EFVL

DTE école Barbule Ardèche France

VicePdt Syndicat National des Moniteurs de VL Papa de 4 enfants et Grand père 

Amoureux de la vie, du Maroc et des Marocains 

www.barbule.fr 

 

BRUNO COUTEAUX

David Vayrette

Moniteur-Formateur FVVL 

Ancien professeur de lycée professionnel, la pédagogie n'a aucun secret pour lui,

Pilote de planeur, de paramoteur et de parapente 

Le Maroc est son pays d'adoption.

www.yadelouest.fr

 

DAVID VAYRETTE
Parapente Aglou

Parapente au Maroc

De nombreux sites de vols disponibles

Du nord au sud du Maroc les sites de vols libres y sont magnifiques.

À Aguergour, village à 40 km de Marrakech, des milliers d'adeptes de parapente s'offraient des escapades dans les plaines du Haouz. Dans ce paradis discret à la bordure du barrage Lalla Takerkoust, les inconditionnels du parapente faisaient le bonheur aussi des habitants. Une économie locale s'est construite autour du Club Vol Libre Aguergour. Depuis le 12 novembre 2013, les autorités locales de la province du Haouz décident d'interdire le vol sur ce site de renommé international pour des raisons de « sécurité ». Atterrissage forcé « Le site Aguergour offre un potentiel aérologique extraordinaire durant la période allant d'octobre à avril, qui coïncide avec la période des mauvais temps en Europe », nous explique un membre du club, avec un brin de nostalgie. Au départ, le site est développé de manière spontanée par des parapentistes français. Au fil des années une économie locale saisonnière, tournée vers la pratique du vol libre, à travers l'ouverture de gites, auberges et maisons d'hôtes voit le jour. Le site accueille en haute saison jusqu'à 300 sportifs par semaine. « En plus du potentiel naturel important, le site est proche de l'aéroport de Marrakech et il est à trois heures de vol de Paris », explique Khalid Chtata, président du club Aeroteam de Rabat. En novembre 2013, les autorités obligent ce site à faire un atterrissage forcé. « Avec cette décision, la région connait une année blanche. C'est une catastrophe économique », s'alarme Chtata.

 

Les Grottes d'Aglou sont un spot de soaring pur, composé de 4 km de falaises de 20 à 80 mètres de hauteur. Petit paradis pour les parapentistes qui n'aiment pas la sur-fréquentation, il est possible de voler même par petite brise. Idéal pour le gonflage, il est possible de débuter le parapente sur une petite pente école surplombant la plage à 300 mètres du déco. Si les conditions le permettent, les thermiques vous permettront de longer les crêtes qui descendent vers le sud. Le déco, situé juste au dessus des Grottes, est géré par l'association Ibis chauves constituée de parapentistes locaux.

HAUT LES MAINS AU MAROC